Janvier 1990 a été doux (+1°6 C) peu ensoleillé et peu arrosé.
Après une première quinzaine fraîche, la deuxième quinzaine est douce, notamment lors de la tempête du 25 janvier. Le 17 janvier, on relève à Paris-Montsouris 8°3 C en température minimale (le record de 8°0 C en 1875 est battu) et même 14°4 C le 31 janvier (contre 14°3 C en 1936).
Il pleut assez souvent, mais en quantité faible, puisque le champ de pression atmosphérique est resté très élevé de 1020 à 1040 HPa.
Le 25 janvier est marqué par une violente tempête avec des vents dépassant les 100 km/h, avec 140 km/h relevé à Roissy, 115 km/h à Melun, 112 km/h à Paris-Saint-Maur, 144 km/h à Abbeville, 133 km/h à Lille, 120 km/h à Amiens.

Frise muticolore

Février 1990 a été très turbulent, exceptionnellement doux (+4°9 C) et venteux, puisque de nombreuses tempêtes ont traversé l'Europe occidentale.
Les températures sont supérieures aux normales de 4°C à 5°C. On relève des records mensuels de températures :
pour les maximales, on relève le 24
21°2 C à Strasbourg (20°8 C en 1958),
20°4 C à Beauvais (idem en 1960),
19°9 C à Dijon (19°4 C en 1958) ;
la moyenne mensuelle des températures maximales atteint des records avec notamment, 11°8 C à Lille (10°3 C en 1961) et
12°7 C à Beauvais (11°3 C).
Les précipitations liées à une forte activité cyclonique sont fréquemment supérieures aux normales avec une fréquence élevée.
Les tempêtes les plus violentes sont celles du 3, du 11 et 12, du 13 au 15 et du 28 au 1.

Ville Rafales enregistrées en km/h

Lille

101

Beauvais

122

Roissy

148

Orly

126

Le Bourget

129

Montsouris

115

Villacoublay

128

Melun

140

Chartres

144

Brétigny sur Orge

158

Orléans

121

Nancy

70

Colmar

104

Metz

145

Dijon

90

Frise muticolore

L'Hiver 1989-1990 s'est par conséquent avéré très doux (janvier et février) et pluvieux (décembre et février) dans l'ensemble. Ainsi, il a peu gelé, il a souvent plu et le brouillard s'est fait rare. On a eu des orages, ce qui est assez exceptionnel en hiver et surtout de nombreuses tempêtes en février.

Frise muticolore

Mars 1990 est un mois très ensoleillé, très doux (+2°4 C) et assez sec.
La douceur printanière s'installe une grande partie du mois (du 6 au 26). Des records de températures élevées tombent :
pour les minimale
s, on relève
le 20, 12°6 C à Paris-Montsouris (11°1 C en 1988), 10°8 C à Metz (7°1 C en 1954) ;
le 21, 12°2 C à Lille (8°4 C en 1946) ;
pour les maximales, on note
le 17, 22° C à Chartres (20°4 C le 14 mars 1948 et le 16 mars 1961), 24°1 C à Paris-Montsouris (22°8 C en 1961), 22° C à Lille (20°4 C le 20 mars 1972), 22°6 C à Dunkerque (21°4 C en 1968)  ;
le 21, 22°3 C à Besançon (19°7 C en 1953 et en 1981) et 23° C à Nevers (21° C en 1948).
Le déficit pluviométrique est important lié à une champ de pression très élevé.

Frise muticolore

Avril 1990 est caractérisé par une certaine fraîcheur (-1°6 C), normalement arrosé et moyennement ensoleillé.
Les températures se sont avérées basses avec quelques records (-2°5 C le 19 à Dijon) et parfois élevées aussi (21°1 C à Lille le 1er contre 20°8 C en 1985).
Le mois est sous une influence dépressionnaire assez marquée, d'où des quantités de précipitations proches des normales.

Frise muticolore

Mai 1990 connaît un temps estival avec un temps souvent très ensoleillé, des températures élevées (+2°2 C) et peu de pluie.
La chaleur a été exceptionnelle en première et troisième semaine. Ainsi, à Paris-Montsouris, on relève 27°C le 2 mai (record depuis le début des observations en 1873, 26°8 C en 1966).
Les pluies s'avèrent assez rares et assez faibles mais elles sont tombées sous forme orageuses.
L'insolation atteint des records de durée avec, 325 heures à Reims, 324 heures à Lille et Beauvais (battant le record de 1989 de 318 et
309 heures).

Frise muticolore

Le Printemps 1990 est souvent beau, doux et sec. Seul avril dénote de cette tendance.

Frise muticolore

Juin 1990 connaît un temps printanier : humide, frais (-0°3 C) et maussade.
Les deux tiers du mois sont marqués par un temps agité. Quelques orages ont donné de forts cumuls , avec 31 millimètres relevés à Colmar le 20 en deux heures, 33 millimètres à Paris-Montsouris le 27 en une heure et demie avec des rafales de 97 km/h, 22 millimètres à Villacoublay en 30 minutes et le 30, 9 millimètres en 12 minutes à Orly sous des vents de 140 km/h.
L'insolation est notamment faible en première décade (les valeurs les plus basses relevées depuis 1950).

Frise muticolore

Juillet 1990 a vu des températures proches des normales (+0°1 C) pour la saison, un temps assez sec et très ensoleillé.
À partir de la deuxième semaine de juillet 1990, l'été s'installe. Le temps restera alors chaud durablement. On note notamment à Paris-Montsouris un record de chaleur le 21 juillet avec 34°3 C (34°2 C en 1911) et 21°5 C en minimale (19°3 C en 1989), 35°5 C à Orléans (34°8 C le 18 juillet 1964).

Frise muticolore

Août 1990 continue dans la lignée de juillet avec des températures souvent chaudes (+2°2 C par rapport à la normale), peu de pluie et un temps très ensoleillé.
Des records de températures élevées sont relevées :
pour les minimales,
le 3, 21°4 C à Paris-Montsouris (idem en 1975), 23°6 C à Boulogne-sur-Mer (16°8 C en 1947) ;
le 4, 22°7 C à Villacoublay (21°1 C le 8 août 1975), 20°6 C à Beauvais (20°4 C le 2 juillet 1952), 23° C à Langres (20°5 C le 14 août 1962) ;
pour les maximales,
le 3, 37°4 C à Melun (36°2 C le 3 août 1986) ;
le 4, 36°6 C à Beauvais (35°5 C le 4 août 1975), 37°4 C à Orly (37°3 C le 1 juillet 1952) ;
le 5, 33°4 C à Langres (33°2 C le 3 août 1986).
La pluie est rarement tombé au cours du mois, on relève cependant le 31, 31 millimètres et 3 heures 15 à Strasbourg.

Frise muticolore

L'Été 1990 est en grande partie marqué par un temps de saison chaud et assez sec, peu d'orage dû à des conditions anticycloniques durables. La majeure partie de la France est touchée pour la deuxième année consécutive par une sécheresse sévère.

Frise muticolore

Septembre 1990 voit des températures plus fraîches que la normale (-1°C) et des précipitations en général plus faibles.

Frise muticolore

Octobre 1990 retrouve la tendance générale très douce de l'année au niveau des températures (+1°9 C).
Des records, sous cette douceur, sont battus :
pour les minimales,
le 12, 17°3 C à Orléans (14° C en 1978) ;
le 13, 15°8 C à Chartres (14°4 C le 11 octobre 1970) ;
le 15, 17°4 C à Nevers (16°3 C en 1988) ;
pour les maximales,
le 12, 26°4 C à Orléans (25°4 C en 1978), 25°7 C à Lille (23°2 en 1970), 25° C à Villacoublay (23°8 C en 1970) ;
le 13, 25° 7 à Nevers, 25°8 C à Chartres (25°5 C le 11 octobre 1978), 25° à Bâle-Mulhouse (22°5 C en 1970) ;
le 14, 25°3 C à Besançon (24°6 en 1949), 26°5 C à Colmar (23°5 C en 1986). 

Il pleut souvent et en quantité importante, conséquence de passages de perturbations fréquentes. Donc un cocktail de douceur et de pluie.
Dans ce temps perturbé, l'insolation est inférieure aux normales).

Frise muticolore

Novembre 1990 a des températures légèrement températures légèrement  supérieures à la normale (+0°5 C) et un peu plus de pluie.
Le 13 novembre, Paris-Montsouris bat un record de douceur avec 14°2 C de température moyenne journalière (14°1 C en 1876) et le 14, 12° C en minimale (valeur mini la plus élevée en 1873, 11°9 C en 1964).
Le temps a été plutôt humide sur un champ de haute pression. L'insolation a été basse, notamment au cours de la deuxième décade, à Nevers avec 4,7 heures (5,7 heures en 1962).

Frise muticolore

L'Automne 1990 a suivi les trois saisons précédentes avec des températures souvent supérieures de la normale (sauf en septembre). Les précipitations ont un niveau proche de la normale.

Frise muticolore

Décembre 1990 est un mois hivernal. Les températures sont froides (-0°7 C).
Cela est dû aux trois premières semaines, la dernière semaine étant très douce.
Si les précipitations sont excédentaires, des quantités de neige importantes sont tombées sur toute la zone.
Le vent s'est avéré assez violent en fin de mois : on relève 94 km/h, 104 km/h et 112 km/h à Boulogne-sur-Mer le 25, 26 et 29.
L'insolation reste proche des normales.

Frise muticolore

L'Année 1990 est par conséquent très contrastée. Sur un fond de sécheresse et de douceur, nous avons connu des tempêtes violentes et répétitives en hiver, de la chaleur et de la sécheresse en été et après un automne normale, décembre s'avère froid et neigeux.