Janvier 1999 a été marqué par une douceur printanière remarquable (+2°8 C) et de la pluie fréquente et soutenue.
La première décade est très douce et l'on bat quelques records de douceur, le 5 :
17°4 C à Châtillon-sur-Seine (14°9 C le 7 janvier 1988) ;
16°9 C à Melun (15°7 C le 15 janvier 1975) ;
Les quelques jours suivants, le temps se refroidit fortement ; on note le 12, -14°8 C à Auberive en Haute-Marne. La douceur revient presque jusqu'à la fin du mois ensuite.
Le mois a été agité par de nombreuses perturbations. À noter, le blizzard et la tempête de neige du 12 janvier avec 5 centimètres de neige qui ont bloqué la banlieue parisienne.

Février 1999 a été un mois conforme à sa réputation, à savoir un temps turbulent froid (-0°6 C) et neigeux.
Les gelées sévères et des périodes douces se sont succédées. La première quinzaine est froide, avec des gelées fréquentes et parfois sévères : Auberive relève -16°9 C le 12, Mulhouse a même vécu un -20°9 C le 13. Des journées sans dégel ont leur apparition en Alsace, Lorraine, Saône et Haute-Saône. Ainsi, au meilleur de la journée du 12, il ne fait que -5°9 C à Altkirch dans le Haut-Rhin. La troisième semaine est plus douce et océanique avant une nouvelle chute du mercure par la suite.
Il a neigé abondamment sur les massifs vosgiens et jurassiens au cours de ce mois ; mais, la neige a fait de fréquentes apparitions en plaine également. Les périodes plus douces étaient soumises à la pluie, d'où une fréquence élevée des précipitations et un cumul important pour un mois de février.

L'Hiver 1998-1999 est doux, mais il est remarquable de part le fait que le temps a été régi par de fréquentes perturbations apportant leur cocktail de pluie et de neige !

Mars 1999 est un mois d'une grande douceur printanière (+1°7 C) et d'un temps pluvieux, durablement perturbé.
Les giboulées neigeuses de la première décade (parfois fortes, avec un record de cumul journalier de précipitations à Lons-le-Saunier le 3 avec 35,2 millimètres) ont été remplacées par la douceur océanique d'abord anticyclonique puis, pluvieuse par la suite.

Avril 1999 est dans la lignée de mars aussi bien au niveau température (+1°5 C), qu'au niveau pluie et neige.
Le temps a été très doux tout le mois excepté du 13 au 20 où le froid (0°9 C au meilleur de la journée le 14 à Monthermé dans les Ardennes) et la neige ont de nouveau fait leur apparition.
Les orages ont été nombreux, de même que la pluie ou la neige. Le 14, suite aux neiges fondantes et aux fortes de pluie de la journée, des records de cumuls sur 24 heures sont battus à Melun avec 36,4 millimètres ou à Brétigny-sur-Orge avec 34,6 millimètres. Le même jour, il tombe à Nangis en Seine-et-Marne 46,4 millimètres. Le 30, les orages donnent de fortes quantités en Alsace, avec notamment 37,6 millimètres à Altkirch dans le Haut-Rhin.
Le vent a fait quelques apparitions sans être trop violent cependant.

Mai 1999 a été caractérisé par l'arrivée d'un été précoce (+2°7 C) et arrosé.
Malgré une insolation moyenne, mai a été chaud. On a battu des records de chaleur : à Dijon, le 4, on bat le record de température minimale élevée avec 15°C (14°3 C le 1er mai 1973). Un léger fléchissement est visible en milieu de mois où il ne fait que 0°1 C à Charleville-Mézières au petit matin du 16. La dernière décade est plus chaude avec des nouveaux records de chaleur : +30°7 C à Colmar le 27 (30°6 C le 25 mai 1993), 16°9 C en température minimale du Bourget le 29 (16°3 C le 30 mai 1979).
De plus, l'activité orageuse a été plus marquée que prévue et les quantités relevées ont largement dépassé la normale, surtout dans sa partie ouest et sud ; elles étaient inférieures aux normales vers le Nord en direction des Ardennes et de la Belgique.
Il tombe ainsi 43,4 millimètres à Montbéliard le 7, 37,8 millimètres à Bâle-Mulhouse de l'après-midi du 11 au milieu de nuit du 12, 31,4 millimètres à Auberive en Haute-Marne le 27, 63 millimètres à Geishouse dans le Haut-Rhin.
Le 30, un orage exceptionnel au matin s'est abattu sur le Centre et l'Île de France. Il est tombé en 15 minutes, 20,6 millimètres à Villacoublay (fréquence de retour centenaire !), 18,2 millimètres en 6 minutes au Bourget.
Le vent sous les orages a parfois soufflé fort, comme le 31 avec 101 km/h à Strasbourg ou 112 km/h au Bourget.

Le Printemps 1999 est marqué par une forte douceur et un temps agité et pluvio-orageux.

Juin 1999 a été un mois contrasté avec des températures de saison (±0°0 C) et un temps agréable, moyennement ensoleillé.
Après un début chaud, la fraîcheur humide s'est installée jusqu'au 15. On note des températures très basses le 7 au petit matin avec 4°1 C à Rothau dans le Bas-Rhin, le 9, 2°4 à Auberive et 3°3 C à Loxeville dans la Meuse.
Puis, un temps stable et assez beau a conquis le Nord-Est jusqu'au 26. On note le 20, seulement 4°6 C à Chaumont-sur-Aire dans la Meuse, 2°C à Charleville le 22.
Le début, le milieu et la fin du mois sont marqués par des orages virulents :
le 3, 30 millimètres à Dunkerque ;
le 13, 32,4 millimètres à Ailleville dans l'Aube, 32,6 millimètres à Geishouse dans le Haut-Rhin ;
le 20, 31 millimètres à Montancy dans le Doubs ;
le 27, 52 millimètres à Sedan ;
le 29, 46,8 millimètres à Cambrai
le 30, 32,8 millimètres à Valenciennes.
Ainsi, les cumuls de précipitations arrivent à un niveau de saison.

Juillet 1999 a été un mois particulièrement orageux et chaud (+2°2 C).
Disons que la première quinzaine a été assez agitée, avec des températures assez proches des normales. La deuxième quinzaine s'avère beaucoup plus stable, surtout à partir du 23. La dernière semaine est ensoleillée et caniculaire. C'est en gros la première grande période estivale avec un temps stable (qui s'est terminé vers le 3 août).
En raison d'un niveau élevé des températures minimales liées, en partie, aux nuits souvent nuageuses, et enfin au temps caniculaire durant la dernière semaine, les températures sont nettement supérieures à la normale.
Le mois est émaillé de nombreux orages ; de forts cumuls sont localement observés. De sérieuses précipitations aux alentours de la fin de la première décade la zone, avec notamment 72 millimètres à Verdun, 33 millimètres à Obernai dans le Bas-Rhin, le 7. Ces orages sont à l'origine d'un écart de précipitations très importants entre les régions et les départements : la zone comprenant le Nord , la Picardie, la Champagne-Ardenne, l'Île de France, voit des précipitations inférieures à la normale (jusqu'à 40%) ; le reste, en revanche, est souvent excédentaire voire même très excédentaire en Alsace, dans la région de Colmar et sur tout le flanc Est en général.
L'insolation a été proche des normales : la dernière semaine compensant le temps très nuageux de la première quinzaine.

Août 1999 s'est avéré globalement chaud (+1°3 C). et orageux.
La première décade, d'abord caniculaire, finit dans une chaleur de saison. La deuxième décade voit la baisse s'amorcer. Ainsi, il ne fait le 13 que 5°2 C à Charleville-Mézières et 5°5 C à Chaumont-sur-Aire dans la Meuse. Le 20, la température descend même à 4°6 C en Haute-Marne à Auberive. Le 22, on relève seulement 3°7 C à Charleville. Mais, les températures remontent sensiblement par la suite avec l'installation d'un été tardif. Ainsi, à Auxerre, on bat des records de chaleur le 25 avec 38°8 C.
Les précipitations ont été disparates suivant les régions durant ce mois-ci. Elle dépasse de 2,5 fois la normale à Boulogne-sur-Mer dans le Pas-de-Calais mais s'avère fortement déficitaire en Bourgogne. Cependant, certains orages ont apporté d'importantes quantités de pluie : il est tombé le 6, 70 millimètres à Bergheim dans le Haut-Rhin ; le 15, 49,6 millimètres à Rémicourt dans la Marne ; le 18, 34,2 millimètres à Steenvoorde dans le Nord et 67,6 millimètres à Boulogne ce qui constitue un record pour le mois d'août (précédent record le 29 août 1996 avec 39 millimètres) ; le 26, 45,4 millimètres à Rémicourt et 40,4 millimètres à Phalsbourg.
Ces orages ont parfois été accompagnés de très violentes rafales : le 6, on relève 140 km/h à Lons-le-Saunier dans le Jura, ce qui constitue un record pour le mois d'août ; le 9, 130 km/h à Bouy-sur-Orvin dans l'Aube ; le 14, 90 km/h à Lille ; le 18, 126 km/h à Rocroi dans les Ardennes ; le 25, 140 km/h à Orly.
L'ensoleillement a été moyen au cours de ce mois d'août.

L'Été 1999, sans être particulièrement ensoleillé, est globalement chaud et orageux. Les périodes de temps chaud et sec n'ont toutefois pas été de longues durées. Un ciel durablement nuageux, orageux et lourd a régné fréquemment.

Septembre 1999 est un mois très anormal aussi bien par sa chaleur (+2°8 C) que par ses abondantes précipitations.
La première quinzaine a été très chaude. Le 11, on relève 30°5 C à Lons-le-Saunier en température maximale. Le 12, on relève, 17°5 C à Villacoublay dans les Yvelines en température minimale. Ces deux valeurs constituent de nouveaux records ! La deuxième quinzaine retrouve un niveau normal des températures. Mais, globalement, sans atteindre forcément des records, ce mois de septembre constitue l'un des mois de septembre le plus chaud depuis 50 ans.
Au niveau des précipitations, une première quinzaine globalement peu arrosée est remplacée par une deuxième quinzaine très pluvieuse. Cependant, le 6, il tombe 56 millimètres à Is en Bassigny en Haute-Marne dont 50,4 millimètres en deux heures ; 92,8 millimètres à Margny les Compiègne dans l'Oise. À noter aussi, 52,6 millimètres sont tombés en 24 heures à Metz, ce qui constitue un record (48 millimètres, le 21 septembre 1967). Le 29, il tombe également 67,2 millimètres à Fayl-la-Forêt dans les Haute-Marne. Pour l'ensemble du mois,  certains cumuls constituent de nouveaux records : ainsi, à Orléans, il est tombé 164 millimètres (143,5 millimètres en 1965).
L'ensoleillement est globalement normal, la première quinzaine ensoleillée étant contre-balancée par la deuxième quinzaine plutôt maussade.
Sous les orages, le vent a parfois soufflé fort : 101 km/h à Rocroi le 5, 104 km/h à Orléans le 22, et à Boulogne le 29.

Octobre 1999 est un mois normal (+0°1 C) aussi bien au niveau température qu'au niveau précipitations ; cependant, il est à noter de forts cumuls de pluie sur la Franche-Comté. Le temps a été plutôt agréable sur l'ensemble du mois, pas de mauvais temps (excepté vers le 24). D'une première quinzaine calme et brumeuse a succedé une deuxième quinzaine plus humide et plus venteuse. Les premières gelées sont apparues vers le 5 puis une deuxième vague entre le 17 et le 20. La fin de mois fut très douce et même des records de douceur ont été battus le 30.

Novembre 1999 se caractérise par un temps hivernal froid (-0°9 C) et plutôt sec.
Les premiers jours du mois sont très doux. Mais les températures basculent dès le 5 et les gelées apparaissent même si le flux se radoucit par la suite jusqu'au 12. Ensuite, une vague de froid s'établit, des records de froid sont battus : -7°3 C au Bourget le 22 (-6°7 C le 23 novembre 1956) pour les températures minimales et notamment -3°7 C le 22 à Nancy-Essey pour les températures maximales, ce qui constitue un record pour un mois de novembre (-3°2 C le 28 novembre 1993). Pendant le 21 et le 22, de nombreuses stations ne connaissent pas de dégel. À partir du 23, les températures se radoucissent. Mais ce temps hivernal durable a favorisé un déficit des températures mensuelles plus marqué à l'Est et au Sud de la région qu'au Nord et à l'Ouest.
Le mois est marqué par des précipitations faibles mais on relève souvent des traces dues aux bruines et au brouillard. Cependant, il tombe 30,6 millimètres à Lucelle dans le Haut-Rhin le 10. La neige a fait des apparitions nombreuses pour un mois de novembre notamment en deuxième décade ! Mais en plaine, les hauteurs de neige sont restées assez basses. Cependant, ses chutes se sont avérées particulièrement précoces surtout à l'Ouest de la zone.
L'ensoleillement a finalement a été excédentaire malgré du temps maussade et brumeux assez fréquemment.

L'Automne 1999 s'est avéré doux et pluvieux, cet excès étant lié à septembre. En effet, octobre et novembre se sont avérés comme des mois opposés à septembre avec une accentuation constante du froid et du temps sec (surtout en quantité, car la fréquence s'avère assez élevée). L'ensoleillement est excédentaire, tout comme les gelées et aussi les brouillards.

Décembre 1999 reste dans la douceur de cette année (+1°4 C) mais est exceptionnellement humide et venteux.
La première quinzaine est très douce avec peu de gelées et des températures bien supérieures à la normale. Changement radical à partir du 15, avec l'arrivée de l'air, avec entre autres, -7°2 C à Saulty dans le Pas de Calais le 16, -11°3 C à Saint-Julien dans le Jura le 17. Même des journées sans dégel apparaissent dans les Ardennes le 15 avec -1°7 C à Monthermé, -1°9 C à Wangenbourg-Engenthal dans le Bas-Rhin le 16. Malgré un léger redoux le 18 et le 19, le froid s'intensifie ensuite avec toujours des journées sans dégel à partir du 20, -1°7 C notamment à Phalsbourg en Moselle, -2° C à Wangenbourg-Engenthal le 20, -2°6 C à Monthermé dans les Ardennes le 21. Le 23, on atteint -12°2 C à Hegeney dans le Bas-Rhin en température minimale. Ensuite, fort radoucissement aux alentours de Noël pendant la période tempêtueuse... La fraîcheur se réinstalle ensuite à partir du 27 et jusqu'à la fin de l'année.
Les précipitations ont été très fréquentes au cours de ce mois de décembre et les quantités remarquables ont permis de battre de nombreux records...
Le 2, il tombe 27 millimètres à Giromagny dans le Territoire de Belfort ; le 4, 37 millimètres à Belfahy en Haute-Saône, 43,4 millimètres à Giromagny ; le 7, 21,4 millimètres à Rocroi dans les Ardennes ; le 8, 20,2 millimètres à Charleville-Mézières ; le 11, 33,6 à Formery dans l'Oise ; le 12, 48,4 millimètres à Stenay dans la Meuse, 32,6 millimètres à Tannay dans les Ardennes ; le 13, 32,6 millimètres à Bourdons en Haute-Marne ; le 14, 15,4 millimètres à Nancy-Ochey en 6 heures ; le 17, 49,6 millimètres à Tannay dans les Ardennes, 88,6 millimètres à Giromagny ; le 18, 91 millimètres au Ballon d'Alsace, 87,2 millimètres à Belfahy, 26,2 millimètres à Toussus-le-Noble et 29,2 millimètres à Trappes dans les Yvelines, ce qui constitue un record pour un mois de décembre depuis 1949 ; le 25,  on relève 47 millimètres à Geishouse dans le Haut-Rhin et 15 centimètres de neige dans le Doubs à Maiche le 27 et encore 21,8 millimètres  au Touquet le 31.
Toutes ces précipitations tombées au cours du mois font tomber des records mensuels. Ainsi, il est tombé :
201 millimètres à Nancy-Essey.
179,4 millimètres à Chatillon-sur-Seine contre 149,8 millimètres en décembre 1981.
191,2 millimètres à Saint-Dizier.
183,4 millimètres à Metz.
167,8 millimètres à Toussus-le-Noble contre 122,6 millimètres en décembre 1978.
162,2 millimètres à Reims.
146,4 millimètres à Paris-Montsouris soit record absolu depuis 1873.
139 millimètres à Paris-Le Bourget soit record aboslu depuis 1770.
114 millimètres à Strasbourg (du jamais vu depuis les 125 millimètres de 1915).
Le mois a été marqué par les tempêtes et même deux ouragans durant la période de Noël.
On note, 112 km/h à Calais-Marck, 151 km/h au Mont Saint-Vincent, le 12, 104 km/h à Dieppe le 15, 101 km/h à Vélizy-Villacoublay le 24.
Des records de vent sans précédents vont être battus au cours de la journée du 26 avec un passage d'une violente tempête qui va entraîner des dégâts inestimables non seulement au niveau des constructions qu'au niveau de la flore sur toute la moitié Nord. On relève entre autres le 26 :Vents de la Tempête 26/12/1999
122,4 km/h à Felbahy ;
126 km/h à Dijon ;
126 km/h à Dole et Luxeuil-les-Bains
133,2 km/h à Trappes et à Metz-Frescaty ;
136,8 km/h à Frotey les Vesouls en Haute-Saône ;
137 km/h à Beauvais ;
140 km/h à Loxeville dans la Meuse ;
144 km/h à Strasbourg-Entzheim ;
147,6 km/h à Chatillon-sur-Seine ;
148 km/h à Troyes ;
151,2 km/h à Villacoublay ;
154,8 km/h à Nancy-Ochey ;
162 km/h à Magnanville dans les Yvelines ;
165 km/h à Colmar.
169,2 km/h à Toussus-le-Noble dans les Yvelines et à Paris-Montsouris ;
172,8 km/h à Orly .

L'Année 1999 aura été marquée par une douceur constante (+1°2 C) et un temps humide durable avec des pluies fréquentes et des orages en été. La neige aura fréquemment tombé aussi. En revanche, les gelées se sont faites rares tout comme les longues périodes de beau temps.