Janvier 2002 s'est révélé exceptionnellement contrasté au niveau des températures avec finalement un excès (+1°3 C), un temps globalement sec et bien ensoleillé pour la saison.
Les deux tiers du mois vont, en général, être rigoureux :
pour les minimales, le 1er, -12°4 C à Junzennecourt en Haute-Marne,
le 2, -15°5 C à Volmunster en Moselle,
le 5, -15°3 C à Volmunster,
le 8, -9°7 C à Badonviller en Meurthe et Moselle,
le 10, -11°2 à Badonviller,
le 11, -9°3 C à Saint Maurice les Couches en Saône et Loire ;
pour les maximales, le 1er, -5°8 C à Phalsbourg en Moselle,
le 3, -5°2 C à Wangenbourg-Engenthal dans le Bas-Rhin,
le 4, -7°1 C à Wissembourg dans le Bas-Rhin,
le 5, -7°2 C à Wissembourg,
le 9, -4°1 C à Bergheim dans le Haut-Rhin,
le 14, -3°1 C à Phalsbourg en Moselle.
En revanche, la troisième décade est particulièrement à l'opposée de ces deux décades avec des températures exceptionnellement maximales avec des températures supérieures à 15°C en toute fin de mois pour les maximales.
La température moyenne la plus basse en France se situe à Strasbourg-Entzheim avec 1°3 C.
Concernant la pluviométrie, le temps est sec au cours de ce mois avec seulement, par exemple, 6,2 millimètres de pluie tombés au cours du mois à Strasbourg soit le mois de janvier le plus sec depuis janvier 1989 !
Cependant, les fortes pluies de la fin de mois précédente ont entraîné de fortes inondations de la Meuse notamment à Verdun mais aussi des inondations de la seine, notamment.
C'est surtout la deuxième quinzaine qui va apporter des quantités de pluie plus abondantes, on relève ainsi :
le 15, 16,4 millimètres à Monthois dans les Ardennes,
le 19, 11,6 millimètres à Belfahy en Haute-Saône,
le 20, 13,2 millimètres à Saulty dans le Pas de Calais, 14,2 millimètres à Belfahy et 20,8 millimètres à la Chapelle dans les Ardennes,
le 26, 35 millimètres à Radinghem dans le Pas de Calais,
le 27, 35,6 millimètres à Geishouse dans le Haut-Rhin, 70,4 millimètres à Belfahy, 76,6 millimètres à Giromagny sur le Territoire de Belfort.
Malgré un mois sec, des excès de pluie localisés donnent des quantités supérieures à la normale dans le Valenciennois avec des inondations dans la Vallée de la Somme et par exemple, 43% d'excès mensuel de pluie à la Chapelle dans les Ardennes.
Le dernière décade sera la plus venteuse sous un mois plutôt calme, avec le 20, 104 km/h à Saulty dans le Pas de Calais et le 26, 119 km/h à la Tour Eiffel.
L'insolation est supérieure à normale sauf localement en Meurthe et Moselle avec la ville la plus sombre de France au cours de ce mois de janvier avec Nancy-Essey de 45,4 h.

 

Février 2002 a été exceptionnellement doux (+4°C) et très pluvieux.
La douceur exceptionnelle qui avait commencé dans la dernière décade de janvier se poursuit en ce début février si bien que des records de douceur vont tomber :
concernant les températures minimales,
le 3, 9°2 C à Nancy-Essey (8°9 C le 19/02/1989 - record mensuel)
le 5, 8°9 C à Épinal (8°4 C en 1990 - record sur période glissante de 7 jours) et à Roville aux Chênes dans les Vosges (8°4 C en 1990), 10°2 C à Roissy dans le Val d'Oise (9°9 C le 02/02/1985),
le 12, 10°8 C à Nancy-Essey (9°6 C en 1958), 11°2 C à Roissy (10°2 C le 12/02/1992), 10°1 C à Épinal-Dogneville (9°C en 1966),
concernant les températures maximales,
le 2, 17°4 C à Roville aux Chênes (15°C le 30/01/2002 - record sur période glissante de 7 jours) et 16°1 C à Nancy-Ochey (ancien record à 12°2 C)
le 5, 16°2 C à Bâle-Mulhouse (ancien record à 15°4 C).
Le milieu de mois va voir un profond changement au niveau des températures qui vont enfin rediminuer pour revenir à des températures de saison voire inférieures à la normale. On relève ainsi,
le 15, -5°5 C à Saint-Léger en Yvelines en minimales,
le 16, 3°C à Giromagny sur le Territoire de Belfort en maximales
le 20, 4°3 C à Belfort.
Ce froid perdure en dernière décade où il ne fait que -6°1 C à Saint-Julien dans le Jura le 22. Et les après-midis restent très fraîches aussi puisqu'on ne note le 21 que 2°3 C à Giromagny et 2°5 C à Wangenbourg-Engenthal dans le Bas-Rhin (contre 4°C en normale).
Sur le mois, Langres a la température moyenne la plus froide de France avec 5°7 C mais ces températures sont largement excédentaires jusqu'à 4°8 C d'écart à la normale à Strasbourg-Entzheim.
Ce mois se révèle particulièrement pluvieux également et de nombreux cours d'eaux vont inonder sur la moitié Nord de la France où la Somme et la Seine vont être particulièrement surveillées. Les pluviomètres contiennent :
le 9, 30,6 millimètres à Gincrey dans la Meuse, 39,6 millimètres à Tannay dans les Ardennes, 15,8 millimètres à Roville aux Chênes,
le 11, 28,8 millimètres à la Chapelle dans les Ardennes,
le 12, 33,4 millimètres à Abbeville, 37,2 millimètres à Wangenbourg-Engenthal,
le 13, 28 millimètres à Orcemont et 29,4 millimètres à Magnanville dans les Yvelines, 20,4 millimètres à Margny les Compiègne dans l'Oise,
le 19, 37,2 millimètres à la Chapelle, 30 millimètres à Radinghem dans le Pas de Calais,
le 20, 27,9 millimètres à Nancy-Ochey en 12 heures, 34,4 millimètres à Épinal dont 27,2 millimètres en 12 heures, 27,2 millimètres à Louhans dans la Saône et Loire, 40,4 millimètres à Autun, 
le 23, 35,8 millimètres à Munster dans le Haut-Rhin
le 25, 41,8 millimètres à Giromagny,
le 26, 35 millimètres à Rocroi dans les Ardennes, 29,4 millimètres à Giromagny,
le 27, 31 millimètres à Giromagny,
le 28, 26,4 millimètres à Steenvoorde dans le Nord, 43 millimètres à Radinghem, 54,8 millimètres à Desvres dans le Pas de Calais.
Les pluies sont remarquablement régulières et abondantes au cours de ce mois : Giromagny est la ville la plus arrosée de France de ce mois avec 318 millimètres et Saint-Omer a la palme de l'excédent à la normale avec 460% et 10 jours de plus que la normale à Abbeville pour le nombre de jours de pluie supérieur à 1 millimètre.
Ce temps pluvieux a été aussi par moment bien venté :
le 3, 122 km/h au sommet de la tour Eiffel, 97 km/h à Saint-Arnoult dans l'Oise,
le 9, 97,2 km/h à Ligneville dans les Vosges et à Phalsbourg en Moselle,
le 11, 108 km/h à Saint-Omer,
le 14, 104 km/h à Desvres,
le 20, 101 km/h à Magnanville dans les Yvelines,
le 23, 112 km/h à Lille-Lesquin,
dans la nuit du 25 au 26, 86 km/h à Beauvais,
le 26, 112 km/h au sommet de la tour Eiffel, 115 km/h à Saint-Omer, 86 km/h à Beauvais, 90 km/h à Saint-Arnoult, 83 km/h à Toussus le Noble dans les Yvelines, 80 km/h à Orly.
Dans ces conditions, le nombre de jours de gel, sans dégel et de brouillard est faible à nul.
L'ensoleillement sous ce temps maussade et pluvieux a aussi été bien faible.
Au niveau des records mensuels, on peut noter :
à l'aéroport de Roissy, 140 heures de précipitions (134 h en 1996), 23 jours de précipitations (23 en 1995),
à l'aéroport de Bâle-Mulhouse, 3°5 C en température minimales moyenne mensuelle (3°3 C en 1966),
à Beauvais, 163 heures de précipitations (150 h en 1987), 18 jours de vent fort (16 j en 1990), aucun jour de bouillard (idem en 1986).

L'hiver 2001-2002 s'est révélé particulièrement contrasté entre une première partie durablement froide et plutôt sèche et une deuxième très douce et humide, d'où un excédent au niveau des températures et des précipitations excédentaires (733,8 millimètres à Giromagny et  193% à la Chapelle par rapport à la normale).
Le nombre de jours de gel et sans dégel est dans la normale ; la neige a tombé rarement et le brouillard moyennement présent.

Mars 2002 passe cette année encore sous la douceur (+2°0 C) et plutôt sous un temps anticyclonique, ensoleillé et sec.
Le début de mois est particulièrement frais. On relève, au petit matin,
le 3, -6°C à Fontainebleau et -6°5 C à Erneville aux Bois dans la Meuse,
le 4, -6° C à Auberive en Haute-Marne.
Puis, le temps se radoucit et devient printanier : le 7, 18°1 C à Ribecourt dans l'Oise (10°3 C en normale).
Les gelées sont présentes le matin : le 11, -3°2 C à Til-Chatel (Côte d'Or), -3°3 C à Auberive.
Mais des records de douceur tombent dans la deuxième décade ou sont bien douces :
le 11, 21°6 C à Obernai dans le Bas-Rhin (amplitude thermique de 22°2 C),
le 13, 21°7 C à Mâcon en Saône et Loire (21°1 C le 12/03/1999),
le 17, 20°1 C à Colmar-Meyenheim.
Le 20, on note en minimale, le record suivant à Mâcon 13°4 C (12°3 C le 11/03/1981).
La fin de mois voit le retour tout de même des gelées (-1°1 C à Charleville-Mézières le 30, -3°6 C à Auberive le 31), et des journées fraîches (4°5 C à Wangenthal-Engenthal le 24 et 3°4 C le 25).
Erneville aux Bois dans la Meuse est le village le plus froid de France en ce mois de mars avec 6°4 C en moyenne mais l'écart s'est souvent supérieur à la normale.
Les pluies se sont faites rares au cours de ce mois, malgré un violent épisode pluvieux en milieu de mois :
le 12, 14,2 millimètres à Saint-Omer,
le 13, 19 millimètres à Radinghem dans le Pas de Calais,
entre le 16 et le 20, 63,6 millimètres à Nanteuil dans l'Oise,
le 19, 87,4 millimètres à Belfahy en Haute-Saône et 122,4 millimètres à Giromagny sur le Territoire de Belfort,
le 20, 23,8 millimètres à Villette en Meurthe-et-Moselle, 41,4 millimètres à la Chapelle dans les Ardennes,
le 21, 21,8 millimètres à Morteau dans le Doubs, 23,4 millimètres à Monthois dans les Ardennes, et 25 millimètres à Septsarges en Meuse.
On note aussi un déficit de 7 jours de pluie supérieures à 1 millimètre au cours de ce mois de mars à Lons-le-Saunier.
Dans ces conditions, le vent a rarement soufflé fort (94 km/h à Rocroi dans les Ardennes le 18).
Le soleil a globalement bien dominé. Le nombre de jours de gel est plutôt inférieur à la normale

Avril 2002 s'est révélé  par des températures légèrement excédentaires (+1°C) et un temps durablement anticyclonique et sec.
L'amplitude thermique est assez importante en début de mois :
le 2, -1°2 C à Auberive en Haute-Marne et 13°C à la Tour Eiffel au niveau des minimales,
le 3, 21°3 C au Touquet (12°6 C en normale pour les maximales),
le 5, -1°3 C à Roville aux Chênes,
le 6, -1°8 C à Saint Julien dans le Jura,
le 9, -3°3 C à Badonviller en Meurthe-et-Moselle.

La deuxième décade se révèle même bien fraîche au niveau des minimales :
le 14, -3°4 C à Fontainebleau,
le 15, -4°3 C à Auberive,
le 20, -3°C à Autun.
Les maximales ne sont pas en reste au cours de cette deuxième décade avec aussi 7°6 C à Colmar-Meyenheim le 14 (15°2 C en normale).
Mais la troisième décade sera plus douce (10°7 C à Strasbourg en minimale le 24 contre 4°6 C en normale).
Erneville aux Bois dans la Meuse est la ville la plus plus fraîche de France avec 8°7 C de température moyenne mensuelle. Épinal connaît une température moyenne mensuelle identique à la normale.
La première quinzaine est sèche sur la moitié Nord de la France. La deuxième sera légèrement plus humide :
le 13, 28,6 millimètres à Lucelle dans le Haut-Rhin,
le 19, 22,2 millimètres à Raucourt dans les Ardennes,
le 26, 15,6 millimètres à Rocroi dans les Ardennes, 21,8 millimètres à Saint-Laurent en Grandvaux,
le 28, 13 millimètres à Montdauphin en Seine-et-Marne, 30 millimètres à Rocroi.
Ce temps durablement anticyclonique a entraîné un déficit important pluviométrique. Le cumul mensuel le plus faible de France se situe à Saint-Mards-en Othe dans l'Aube avec 3 millimètres soit 6% de la normale.
Le vent a peu soufflé au cours de ce mois sauf en dernière décade :
le 26, 94 km/h à Saint-Maur dans le Val de Marne, 97 km/h à Saint-Omer,
le 29, 119 km/h à Boulogne dans le Pas de Calais.
L'insolation est très largement excédentaire et proche des records. Il a gelé parfois plus que la normale aussi.

Mai 2002 est un mois dans la normale aussi bien au niveau des températures (+0°5 C) qu'au niveau des précipitations et plutôt maussade.
La première décade est dans les normes de saison. On note tout de même quelques écarts intéressants :
le 5, 7°8 C à Saint-Dizier (19°3 C en normale des maximales),
le 9, 13°7 C à Saint-Yan en Saône et Loire (7°7 C en normale des minimales) et 28°4 C à Neuvizy dans les Ardennes,
le 10, 13°1 C à Charleville-Mézières (6°9 C en normale des minimales).
Un léger excédent est présent en deuxième décade :
au petit matin du 11, 12°6 C à Avize,
à l'aube du 12, 12°8 C à Lauterbourg dans le Bas Rhin,
au meilleur de la journée du 17, 28°7 C à Roville aux Chênes dans les Vosges (ancien record : 28°6 C en 1992).
La dernière décade est conforme à la normale, malgré une petite fraîcheur en fin de mois :
en minimale,
le 27, 2°2 C à Maxey dans la Meuse,
le 30, 1°3 C à Juzennecourt dans la Haute-Marne,
en maximale,
le 23, 10°5 C à Saint-Julien dans le Jura.
Les précipitations au cours de ce mois sont très disparates sur le territoire, même si elles ont été assez régulières. La Franche-Comté et le Sud Alsace ont toutefois été copieusement arrosés. On relève :
le 1er, 51,5 millimètres à Saint-Julien, 40,6 millimètres à la Pesse dans le Jura, 43 millimètres à Lugny en Saône et Loire, et en 6 heures dans le Jura, 17 millimètres à Tavaux, Saint-Julien et 15 millimètres à Arbois et au Fied,
le 2, 34,6 millimètres à Bâle-Mulhouse, 32,6 millimètres à la Pesse,
le 4, 35 millimètres à Wangenbourg-Engenthal dans le Bas-Rhin,
le 11, 43,6 millimètres à Phalsbourg en Moselle et 28 millimètres à Bourbon-Lancey dans la Saône et Loire,
dans la nuit du 12 au 13, 22 millimètres à Bâle-Mulhouse en 12 heures,
le 13, 29,6 millimètres à Boulogne sur Mer,
le 14, 23,2 millimètres à la Chapelle dans les Ardennes,
le 19, 27,6 millimètres à Pontarlier dans le Doubs,
du 22 au 23, 40,2 millimètres à Saint-Yan,
le 23, 34,6 millimètres à Altkirch dans le Haut-Rhin, 21,8 millimètres à Épinal,
le 27, 13,8 millimètres à Chapet dans les Yvelines en 30 minutes.
Le vent a parfois soufflé fort lors de la tempête du 13 mai notamment :
104 km/h à Jamericourt (Oise),
104 km/h à Lille-Lesquin (Nord),
108 km/h au sommet de la tour Eiffel.
On relève aussi,
le 14, 86 km/h à Dunkerque,
le 21, 104 km/h à Beauvais-Tille.
Le temps a été maussade régulièrement.

Le printemps 2002 se caractérise par un temps plutôt dans la normale à dominante anticyclonique plus douce malgré un nombre de jours de gel assez important, et assez sec.

Juin 2002 a été marqué par une période estivale marquée si bien que la température moyenne a été largement excédentaire (+2°4 C) et un temps plus sec que la normale.
La première décade très fraîche a été contrebalancée par deux décades suivantes très chaudes.
On note 3°2 C à Maxey dans la Meuse le premier jour du mois, au petit matin, mais on note le 3, 16°4 C en température minimale à Trappes, ce qui constitue un nouveau record. Pendant cette première décade, les minimales sont globalement excédentaires, tandis que les maximales restent déficitaires légèrement.
La deuxième décade va être marquée par une chaleur record.
Pour les minimales,
le 15,
19°5 C à Nancy-Essey (19°2 C en 1948),
17°6 C à Épinal-Dogneville (17°C en 1962),
17°0 C à Roville aux Chênes (16°5 C en 1973),
20°8 C à Arbois dans le Jura,
le 17,
17°5 C à Toussus le Noble dans les Yvelines,
le 18,
21°5 C à Lons le Saunier (21°1 C le 11/06/1997)
le 19,
18°9 C à Roville aux Chênes
Pour les maximales,
le 16,
29°4 C à Nancy-Ochey,
le 17,
36°9 C à Châtillon sur Seine en Côte d'Or (32°7 C en 2000),
34°1 C à Orly (32°1 C en 1998),
34°1 C à Roissy (31°9 C en 2000),
33°7 C à Mâcon (30°9 C en 1966)
le 18,
36°2 C à Strasbourg-Entzheim (30°7 C en 1959)
36°1 C à Nancy-Essey (36°C le 27/06/1947 - record mensuel),
36°1 C à Pargny-sur-Saulx dans la Marne (record mensuel de 1976 battu),
35°9 C à Maxey sur Vaise (31°4 C en 2000),
34°1 C à Roville aux Chênes,
32°6 C à Lons le Saunier.
La troisième décade reste assez chaude quasiment jusqu'au 24 ; ensuite, un fort rafraîchissement se fait sentir et les températures au petit matin sont dignes d'un début mars avec,
le 26, 3°8 C à Saint Jean sur Tourbe dans la Marne,
le 30, 3°8 C à Charleville-Mézières.
L'écart à la normale le plus important sur le territoire français est à signaler à Langres avec un excédent de 3°1 C.
Des orages vont éclater au début de mois sur une ligne centrale sur la France en direction de Paris et de Lille et une autre en direction du Sud-Alsace, d'où des cumuls importants sur ces deux zones, la Champagne, la Lorraine et une partie de la Bourgogne restant à l'écart. On note ainsi,
le 2, 36 millimètres à Wy-Dit-Joli-Village dans le Val d'Oise,
le 3, 44,2 millimètres à Haravilliers dans le Val d'Oise,
le 4, 10,2 millimètres à Creil dans l'Oise en une heure,
du 4 au 5, 47,4 millimètres en Saint Léger en Yvelines, 44 millimètres à Orléans soit l'équivalent du cumul mensuel dont 37,6 millimètres en 12 heures le 5,
le 5, 83,4 millimètres à Cayeux-Hourdel dans la Somme,
du 5 au 6, 32,8 millimètres à Baudemont en Saône et Loire,
le 6, 25,2 millimètres à Strasbourg-Entzheim,
du 6 au 7, 44,6 millimètres à la Pesse dans le Jura,
le 9, 29,8 millimètres à la Wantzenau dans le Bas-Rhin, 15,8 millimètres à Bâle-Mulhouse en 3 heures,
le 14, 13,6 millimètres à Vron dans la Somme, 15,6 millimètres à Boulogne sur Mer,
le 18, 10,6 millimètres à Boulogne sur Mer,
le 19, violents orages inondant les caves dans la région de Mulhouse, 22,2 millimètres à Orléans en 1 heure, 45,4 millimètres à Vendrest en Seine et Marne,
le 20, 20,4 millimètres à la Wantzenau dans le Bas Rhin, 27,2 millimètres à Gironville en Seine et Marne, 22,2 millimètres à Orléans
le 23, 45 millimètres à Besançon, 67,8 millimètres à Torcy en Saône et Loire,
dans la nuit du 23 au 24, 67,8 millimètres à Torcy, 52 millimètres à Marcigny en Saône et Loire, et 39,8 millimètres à Dijon, 60 millimètres à Varanges en 12 heures, 38,5 millimètres à Seurre en Côte d'Or.
le 24, 22,8 millimètres à Frotey les Vesoul en Haute Saône,
le 30, 8,8 millimètres à Desvres dans le Pas de Calais.
L'écart à la normale du nombre de jours avec précipitations supérieures ou égales à 1 millimètre est le plus déficitaire (8 jours) à Nancy Ochey en Meurthe et Moselle.
Sous les orages, le vent a parfois soufflé fort mais très rarement. On note, le 5, 90 km/h à Besançon et à Troyes-Barberey et le 10, 94 km/h à Dunkerque.
L'ensoleillement a plutôt été généreux au cours de ce ce mois.

Juillet 2002 aura été marqué par un temps durablement médiocre et maussade, aux températures de saison (+0°2 C) et aux précipitations normales.
Les deux premières décades sont marquées par une relative fraîcheur. D'ailleurs, on relève seulement 15°2 C à Vendrest en Seine-et-Marne le 1er alors que la normale se situe à 25°7 C ; de même, on relève le 4, 16°9 C à Giromagny au meilleur de la journée (normale à 24°5 C). Même les mâtinées sont fraîches : le 5, Bâle-Mulhouse relève un record de température minimale basse avec 8°2 C (contre 8°6 C précédemment). AU cours de la deuxième décade, on relève également des températures minimales fraîches excepté le 16 (19° C à Savigny les Beaune en Côte d'Or) : le 19, 5°4 C à Auberive en Haute-Marne et le 20, 6°3 C à Charleville-Mézières.
Enfin, en dernière décade, les températures vont enfin redépasser les normales saisonnières :
pour les minimales, on relève le 24, 16°2 C à Rethel ; le 28, 22°8 C à Courbevoie dans les Hauts de Seine et 21° C à Roissy dans le Val d'Oise (ancien record : 20°3 C le 26/07/1995) ;
les maximales, encore fraîches le 23 (16°2 C à Desvres dans le Pas de Calais) vont finir caniculaires : à Saint-Maur dans le Val de Marne, 36°6 C le 28 et 37°5 C le 29.
Les températures moyennes sont proches des normales grâce à cette fin caniculaire et le plus fort excédent de France se situe à Nancy-Essey avec +0°3 C.
Sans que le mois soit particulièrement arrosé, les précipitations ont été assez régulières et parfois orageuses. On relève des cumuls parfois importants :
le 1er, 23,2 millimètres à Valenciennes,
le 3, 26 millimètres à Charleville-Mézières sous l'orage,
du 9 au 10, 32,4 millimètres à Matour en Saône et Loire
le 10, 22,2 millimètres à Épinal-Dogneville en 6 heures et 26,4 millimètres à Metz-Frescaty sous un temps orageux (record de cumul de précipitations en 6 heures), 20 millimètres à Nancy-Essey en 5 heures, dont 11,2 millimètres en 1 heure
du 12 au 13, 32,8 millimètres à Saint-Léger en Yvelines en 3 heures 30 dont 16 millimètres en 36 minutes,
le 16, 62,8 millimètres à la Wantzenau dans le Bas-Rhin et 67 millimètres à Arbois dans le Jura, 51,8 millimètres à Louhans en Saône et Loire dont  22,8 millimètres en deux heures, 40,6 millimètres à Strasbourg-Entzheim dont 22,4 millimètres en 6 heures et 7 millimètres en 1 heure,
du 16 au 17, 33 millimètres à Roville aux Chênes dans les Vosges en 12 heures
le 29, 45,6 millimètres à Gironville en Seine et Marne,
les orages du 30 entraîne des perturbations du trafic ferroviaire en Meurthe et Moselle et des caves inondées et un supermarché évacué dans le Haut-Rhin et une relève de 83,2 millimètres à Morteau dans le Doubs.
Cependant les précipitations sont globalement déficitaires ou proches de la normale sur le Nord-Est de la France. Ainsi l'écart à la normale du nombre de jours de précipitations supérieures ou égales à 1 millimètre est le plus déficitaire de France avec 3,5 jours à Épinal dans les Vosges.
Le vent n'a pas été particulièrement violent au cours de ce mois. On relève, 101 km/h le 2 au sommet de la Tour Eiffel et 86 km/h à Phalsbourg dans le Bas Rhin le
30.
L'ensoleillement aura été déficitaire cette année encore en juillet. D'ailleurs, la première quinzaine fait partie des plus maussade depuis 1991 sur un quart Nord Est de la France.

Août 2002 aura été marqué par un temps maussade parfois pluvieux aux températures plus douces que la normale (+0°9 C).
La première décade est fraîche dans l'ensemble. On note une température maximale de seulement 13°8 C à Belfort le 10 pour une normale de 22°7 C !
La deuxième décade est bien plus douce. On note ainsi, en minimale, 22°3 C à la tour Eiffel (pour une normale de 14°3 C) le 17 et 18°2 C à Stenay dans la Meuse (normale de 11°1 C) le 20 ; les températures maximales ne sont pas en reste puisqu'on relève 30°3 C à Dunkerque (20°3 C en normale) le 15, 33°7 C à Jagny sous Bois dans le Val d'Oise (normale de 22°5 C) et 33°C à Erneville aux Bois dans la Meuse (normale de 22°2 C) le 19. Ce même jour, un record tombe à Toussus le Noble dans les Yvelines avec 31°6 C (contre 30°6 C anciennement).
La troisième décade reste chaude également. Le 24, on relève au plus frais de la journée 16°8 C à Stenay (normale à 11°1 C) ; le 28, 18°1 C à Charleville-Mézières (normale à 11°3 C) ; le 29, 17°9 C à Avallon dans l'Yonne (normale à 10°6 C) ; le 31, 17°7 C à Matour en Saône et Loire (normale à 11°1 C). Le 30, il fait encore chaud l'après-midi aussi dans les Ardennes avec 27°9 à Neuvizy (normale à 22°2 C). Les températures sont généralement excédentaires avec notamment 1°1 C d'excédent maximal à Dunkerque sur la normale 1971-2000.
Le mois d'août aura été globalement bien arrosé. Ainsi, on relève :
le 4, 34,8 millimètres à Dunkerque,
le 6, 31,6 millimètres à Rocroi dans les Ardennes, 8 millimètres à Dijon en 10 dix minutes avec des grêlons de 5 mm,
le 7, 30,2 millimètres à Morteau dans le Doubs,
le 8, 29,2 millimètres à Nancy sous un orage de 14h29 à 16h03 dont 27,6 millimètres entre 14h29 et 15h12,
le 9, 16,2 millimètres à Strasbourg-Entzheim en 3 heures dont 10,8 millimètres entre 15h00 et 16h00,
le 18, 50,2 millimètres à Meaulte dans la Somme, 51,4 millimètres à Haravilliers dans le Val d'Oise, 50,5 millimètres à Lainville dans les Yvelines en 35 minutes , mais aussi 15 millimètres à Chapet en 28 minutes, 36,2 millmètres à Saint-Léger en Yvelines en 36 minutes,
le 19, 31,8 millimètres à Bourbon-Lancy en Saône et Loire en 54 minutes, dont 28,4 millimètres entre 19h00 et 19h30, 15 millimètres à Fours dans la Nièvre en 30 minutes,
le 20, 47,4 millimètres à Fère-Champenoise dans la Marne,
le 26, 65 millimètres à Abbeville avec de l'orage et 66 millimètres à Morteau dans le Doubs, 27,6 millimètres à Orléans en 6 heures, 16 millimètres à Trappes en 1 heure,
le 27, 42,4 millimètres à Passy en Valois dans l'Aisne, 53,8 millimètres à Rioz en Haute Saône,
le 28, 48,4 millimètres à Gincrey dans la Meuse, 15,6 millimètres à Nancy-Essey entre 6h35 et 11h00 dont 11 millimètres en une heure,
le 31, 72,6 millimètres à Lugny en Saône et Loire.
Le vent a parfois soufflé fort sous les orages le 18 avec 86 km/h à Toussus le Noble dans les Yvelines, 104 km/h au sommet de la Tour Eiffel, 108 km/h à Meaulte dans la Somme.
Le brouillard a été parfois épais comme le 6 dans les Yvelines avec une visibilité réduite à 100 m à l'aube.
L'insolation est très basse. Le temps s'est avéré souvent maussade. C'est souvent le mois d'août le plus maussade depuis plus de 10 ans. D'ailleurs, la première décade est la plus maussade à Dijon avec 41 heures 21 minutes depuis 1991 (72 heures 2 minutes en 1997). À Nevers, c'est le record d'insolation la plus faible depuis 1952 avec 150,8 heures (170,8 heures en 1954). À Paris-Montsouris, le soleil n'a brillé que 159 heures ; il faut remonter à 1958 avec 153 heures pour trouver une solution plus basse. Pour Melun, avec 173 heures cette année, il faut remonter à 1968 (163 heures), 1963 (141 heures), 1958 (146 heures), 1954 (149 heures) depuis le début des relevés en 1953 ! Ainsi, sur les 35 dernières années, ce mois d'août se classe parmi les plus maussades avec 1992, 1986, 1982.

L'été 2002 aura été médiocre en raison avant tout d'une insolation bien faible : le mois le plus ensoleillé s'avère être, en effet, juin.

Rapport du cumul d'insolation plein été 2002Cumul d'insolation plein été 2002Insolation à Paris 1991-2002

Les températures sont restées excédentaires malgré des périodes bien fraîches au cours de juillet et d'août.

Ecart à la normale des températures maximales plein été 2002Écart à la normale des températures moyennes plein été 2002

Concernant les précipitations, elles s'avèrent globalement inférieures à la normale en Champagne, Lorraine et Bourgogne, plus excédentaires ailleurs. La ville de France dont le rapport à la normale est le plus déficitaire se situe à Cirfontaines en Haute-Marne avec 57%.

Rapport à la normale des précipitations plein été 2002

Septembre 2002 a été frais (-0°5 C), sec et ensoleillé.
Le début de mois est tout de même plutôt doux, puisqu'on relève au petit matin du 4, 15°6 C à Dosnon dans l'Aube contre 9°1 C en normale ; au matin du 6, il fait 14°C  aux Riceys dans l'Aube (normale à 8°9 C). Mais, les maximales ne sont pas en reste en première décade, puisqu'on relève 25°2 C le 3 à Dunkerque (normale : 19°3 C) et 24°8 C à Langres le 8 (normale : 19°5 C).
Cependant, au début de deuxième décade, le temps se rafraîchit plus franchement  le 11 avec seulement 4°4 C à Nevers-Marzy au matin et 15°5 C à Mulhouse au meilleur de la journée (normale : 21°5 C). On note encore un coup de chaleur le 18 dans l'Aube aux Riceys avec 28°3 C contre 21°8 C en normale.
La dernière décade marquera l'arrivée des premières gelées de manière particulièrement précoce sur la Nord-Est notamment. On relève, ainsi, -1°C à Nevers-Marzy le 29 et -1°C à Fontainebleau le 30.
On note ainsi quelques records :
le 25, 1°8 C en température minimale à Orléans (2°5 C en 1947),
le 29, -0°5 C à Épinal (0°0 C en 1972).
La température moyenne la plus froide de France au cours de ce mois se situe à Charleville-Mézières avec 13°C et l'écart à la normale le plus déficitaire se situe à Bâle-Mulhouse avec -1°6 C.
Au niveau des précipitations, ce mois est globalement sec à très sec. On relève quelques pluies orageuses tout de même :
le 4, 35,2 millimètres à Champagne-sur-Oise dans le Val d'Oise,
le 10, 33,6 millimètres à Wangenbourg-Engenthal (Bas-Rhin),
le 19, 40,6 millimètres à Cosne Cours sur Loire dans la Nièvre dont 24 millimètres en 12heures et 4 millimètres de 17h06 à 17h12, 49,8 millimètres à Dijon dont 24 millimètres entre 17h42 et 18h24,
le 20, 41 millimètres à Geishouse dans le Haut-Rhin,
le 22, 20,8 millimètres à Wangenbourg-Engenthal,
le 23, 42 millimètres à Lucelle dans le Haut-Rhin.
Dans ces conditions globalement anticycloniques bien établies, le vent a rarement soufflé ; on note tout de même en raison d'une dépression d'altitude le 9,
83 km/h à Aulnois-sous-Laon dans l'Aisne,
94 km/h à Brétigny-sur-Orge dans l'Essonne,
97 km/h à Mulhouse,
108 km/h à Meaulte dans la Somme.
Excepté la première décade assez chaotique où l'on relève notamment un record d'insolation basse à Maçon depuis le début des relevés en 1950, le mois aura été excédentaire en soleil, souvent supérieur au total mensuel de juillet ou d'août.

Octobre 2002 a été normal (-0°5 C) au niveau des températures, humide et plutôt maussade.
En fait, la première quinzaine est globalement sèche et fraîche et la seconde quinzaine douce et humide.
La première quinzaine du mois est donc plutôt fraîche le matin avec 2°3 C à Mulhouse (8°3 C en normale) le 1er, -1°8 C à Romilly sur Seine dans l'Aube le 8 (7°8 C en normale), 0°4 C à Chablis dans l'Yonne (normale : 6°5 C) le 12, -1°4 C à Dosnon dans l'Aube (normale : 5°4 C) le 13, -2° C à Erneville aux Bois dans la Meuse (normale : 5°8 C) le 20 ; mais les après-midi sont douces par temps ensoleillé avec 24°7 C à Bouy sur Orvin dans l'Aube (normale : 18°2 C) le 1er, 23°3 C à Colmar-Meyenheim dans le Haut-Rhin (normale : 15°3 C) le 16 et fraîche par temps maussade avec 9°6 C à Belfort le 10 (normale : 16°6 C) et 8°8 C à Luxeuil en Haute-Saône le 18 (normale : 16°C).
La fin du mois reste contastée mais globalement plus douce : -2°9 C à Colmar-Meyenheim (4°7 C en normale) le 29 en minimale, mais 22°8 C à Bâle-Mulhouse (normale : 13°1 C) le 27 et 17°7 C à Langres (normale : 11°2 C) le 31 pour les maximales.
La ville la plus fraîche de France en ce mois d'octobre se situe à Charleville-Mézières avec 10°C.
Les précipitations ont été très disparates d'une région à une autre au cours de ce mois d'octobre, mais grosso modo la première quinzaine est plutôt sèche. On relève tout de même au cours de ce mois de forts cumuls par période :
le 3, 21,2 millimètres à Baudemont en Saône et Loire,
le 6, 23,6 millimètres à Morteau dans le Doubs,
le 15, 40,2 millimètres à Epenoy dans le Doubs,
le 16, 50,4 millimètres à Saint-Laurent dans le Jura, 40,3 millimètres à Magnanville dans les Yvelines dont 13 millimètres en une heure et demie et 19,8 millimètres à Jalogny en Saône et Loire dont 10,4 millimètres en une demi-heure,
le 18, une averse de grêle à Trappes pendant 7 minutes,
le 21, 42,2 millimètres à Châteauneuf Val de Bargis dans la Nièvre, et une chute de grêle à Nevers avec des grêlons de 10 millimètres de diamètre,
le 23, 30,4 millimètres à la Chapelle dans les Ardennes,
le 25, 28,2 millimètres à Lignéville dans les Vosges en 12 heures, 22 millimètres à Creil.
Pour décrire cette disparité, on relève seulement 2,8 millimètres de cumul mensuel à Courdimanche sur Essonne dans l'Essonne soit 6% du rapport à la normale qui est la ville la plus sèche de France en octobre ; en revanche, l'excédent maximal de France est relevé à Colmar avec 180% de plus que la normale.
Parfois, les bourrasques ont été fortes, notamment lors de passage de violentes tempêtes en deuxième partie de mois :
le 16, 86 km/h à Boulogne sur Mer dans le Pas de Calais,
le 22, 137 km/h au sommet de la Tour Eiffel,
le 25, 122 km/h à Abbeville,
le 26, 122 km/h à Boulogne sur Mer,
le 27, 140 km/h à Boulogne sur Mer, 108 km/h à Magnanville, à Strasbourg, 104 km/h à Creil, 101 km/h à Nancy-Ochey.
Le temps d'octobre a été globalement plus maussade que la normale en raison de la deuxième quinzaine perturbée.

Novembre 2002 a été très anormalement doux (+2°7 C), pluvieux et peu ensoleillé.
Ce mois figure parmi le 10 plus chauds depuis 1949.
On relève tout de même un peu de gel en première décade le 5 à Fontainebleau avec -0°8 C et le 8, -2°2 C à Charleville Mézières. Pour les maximales, on note 17°2 C à Colmar-Meyenheim (normale : 10°3 C) le 1er, 16°6 C à Strasbourg-Entzheim (normale : 9°9 C) mais 6°8 C à Besançon (normale : 11°3 C) le 6, et 5°1 C à Lignéville dans les Vosges le 7. On retrouve 14°4 C au Touquet le 8 en maximale. La douceur perdure durant la deuxième décade, mais se rafraîchissant en fin de période : -1°5 C en minimale à Vichy-Charmeil dans l'Aube, le 20 ; pour les maximales, 13°5 C à Phalsbourg en Moselle (normale : 6°8 C) le 12, 13°8 C le 17 et 14°8 C à Roville aux Chênes dans les Vosges (normale : 8°1 C) le 19 contre 5°5 C à Savigny sur Clairis dans l'Yonne (normale : 9°8 C) le 19. La dernière décade reste dans la douceur : pour les minimales, 9°7 C aux Loges-Margueron dans l'Aude (normale : 0°5 C), le 21, 8°3 C à Decize dans la Nièvre (normale : 0°4 C) le 25, 7°3 C à Luxeuil (normale : -0°6 C) le 29 ; pour les maximales, 13°7 C à Roville aux Chênes (normale : 5°9 C) le 23, 16°3 C à Besançon (normale : 6°6 C) le 28.
La ville plus fraîche de France en novembre est Langres avec 7°2 C de température moyenne.
Les pluies se sont avérées particulièrement copieuses au cours de ce mois. On note :
le 1er, 29 millimètres à Belfahy en Haute-Saône,
le 2, 58,2 millimètres à Château-Chinon dans la Nièvre, 86,2 millimètres au Fied dans le Jura dont 32 millimètres en 6 heures, 95,8 millimètres à Supt dans le Jura, 89,6 millimètres à Saint-Prix en Saône et Loire,
le 3, 33 millimètres à Abbeville sous les orages,
le 6, 11,8 millimètres à Bourbon-Lancy en Saône et Loire ,
entre le 6 et le 7, 25,4 millimètres à Lugny en Saône et Loire,
le 8, 46,2 millimètres à Desvres dans le Pas-de-Calais,
le 10, 44,4 millimètres à Giromagny dans le Territoire de Belfort,
le 14, 86 millimètres à La Pesse, 81.6 millimètres à Saint-Laurent-en-Grandvaux dont 50,8 millimètres en 8 heures, 39,8 millimètres à Arbois dont 23 millimètres en 3 heures dans le Jura, 20,2 millimètres à Lignéville dans les Vosges,
du 14 au 15, 41 millimètres à Sennecey-le-Grand en Saône et Loire,
le 15, 33 millimètres à Mâcon,
le 15 au 16, 40,2 millimètres à Varennes-Saint-Sauveur en Saône et Loire,
du 21 au 22, 22,4 millimètres à Lignéville,
du 23 au 24, 88,2 millimètres à Lons-le-Saunier, dont 51 millimètres en 4 heures, 97,2 millimètres à Varennes-Saint-Sauveur dont 83,6 millimètres en 4 heures.
Cette première décade s'avère parfois un record en cumul de précipitations : à Toussus-le-Noble dans les Yvelines, 76,6 millimètres de pluie sont tombés (52,3 millimètres en 1969) ; sur le mois, il est tombé 107,8 millimètres contre 106,4 millimètres en 1965. L'écart à la normale du nombre de jours avec précipitations supérieures ou égales à 1 millimètres est le plus élevé de France à Bâle-Mulhouse avec 13,8 jours.
Quelques tempêtes ont traversé la France si bien que de fortes rafales ont été relevées avec 133 km/h à la Tour Eiffel le 8, 86 km/h à Phalsbourg le 9, 130 km/m à la Tour Eiffel le 14.

L'automne 2002 a été globalement doux et pluvieux avec peu de gel, bien que les gelées se sont avérées parfois précoces, dès le mois de septembre.

Décembre 2002 a été particulièrement doux (+2°9 C) dans la poursuite du mois de novembre, exceptionnellement maussade et plutôt humide.
Le début de mois est plutôt doux avec 4°6 C à Luxeuil en Haute-Saône (normale : -2°C) le 2 pour les minimales et 11°3 C au Bourget dans le Val d'Oise (normale : 7°3 C) le 3 pour les maximales. Puis à partir du 7, la première vague de froid de faible intensité touche la zone : on relève en minimale, le 9, -6°4 C à Wangenboug-Engenthal dans le Bas-Rhin, -5°1 C à Dunkerque dans le Nord (normale : 3°6 C) le 10, -8°5 C à Phalsbourg en Moselle (normale : -1°1 C) et -4°5 C à Dunkerque dans le Nord (normale : 3°3 C) le 11, -4°7 C à Creil (normale : 0°9 C) le 19. Les premières journées sans dégel font également leur apparition : -0°4 C et -4°6 C à Wangenbourg les 7 et 9, -0°2 C à Boulogne sur Mer dans le Pas de Calais (normale : 7°9 C), -1°6 C à Volmunster en Moselle le 10, -0°3 C à Rocroi dans les Ardennes le 18, -2°9 C à Colmar-Meyenheim (normale : 5°5 C) et -4°7 C à Wangenbourg-Engenthal dans le Bas-Rhin. En revanche, la dernière décade va être très exceptionnellement douce atteignant des records ; c'est la moyenne décadaire la plus forte depuis 1949 aussi bien pour les minimales que pour les maximales :
pour les minimales,
le 22, 7°9 C à Luxeuil en Haute-Saône (normale : -2°4 C),
le 23, 10°2 C à Besançon (normale : -1°C),
le 27, 10°3 C à Roville-aux-Chênes dans les Vosges (ancien record : 8°5 C en 1983), 11°9 C à Saint-Yan en Saône et Loire (normale : 0°9 C),
le 30, 10°8 C à Metz-Fescaty (normale : -0°4 C), 11°6 C à Roissy-Charles de Gaulle (seconde valeur la plus élevée depuis 1974, car 11°8 C le 28/12/1994) ;
pour les maximales,
le 22, 15°2 C à Roissy (ancien record : 15°1 C le 19/12/1993),
le 26, 16°9 C à Saint-Yan en Saône et Loire (normale : 5°6 C), 14°5 C à Orléans-Bricy (ancien record : 14°1 C en 1997), 14°2 C à Roissy-Aéroport (14°2 C le 23/12/1983),
le 27, 15°C à Roville-aux-Chênes (14°5 C en 1978),
La ville avec la température moyenne mensuelle la plus froide de France en ce mois de décembre est en Moselle, à Phalsbourg avec 3°5 C.L'écart à la normale varie entre -0°3 C à Dunkerque et +3°2 C à Nevers-Marzy.
Quelques précipitations copieuses ont arrosées ce mois :
le 4, 35,4 millimètres à Steenvoorde dans le Nord,
le 16, 34,4 millimètres à Belfahy en Haute-Saône,
le 20, on relève un épisode de pluies verglaçantes,
le 22, 37,8 millimètres à Belfahy, 39,8 millimètres à Giromagny sur le Territoire de Belfort,
le 29, 31,6 millimètres à Giromagny.
Le vent a rarement soufflé fort, excepté le 29 à Blesmes dans l'Aisne avec une rafale à 90km/h.
L'insolation est record au cours de ce mois, car le soleil a rarement brillé : l'insolation cumulée sur la première décade n'est que de 7 minutes à Nevers-Marzy (nulle sur les 9 premiers jours, d'ailleurs) contre 79 minutes en 1955 ; c'est d'ailleurs la décade la moins ensoleillé depuis 1952, toutes décades annuelles confondues ; la première quinzaine est le plus faible cumul d'insolation depuis 1947 à Dijon avec 3h05, contre 6 heures en 1984 soit en totale opposition avec 2001 qui avait été record (64 heures) ; on relève 6 heures et 14 minutes pour les 17 premiers jours de décembre à Trappes ; le soleil n'a brillé que 6h17 à Mâcon en Saône et Loire pour les deux premières décades alors que le précédent record était de 10 heures et 24 minutes en 1962 ; cette ville est d'ailleurs la moins ensoleillée de France pour ce mois de décembre avec 9 heures et 29 minutes (17 heures 35 en 1995).

L'année 2002 aura été particulièrement douce, dans les trois plus douces depuis 1949, humide et plutôt maussade.